Une idée... Pas si folle

C’est la découverte des magnifiques parcs nationaux du Canada qui incita, en 1985, un haïtien à créer un parc naturel en Haïti. Un parc touristique, mais aussi un parc historique à la mémoire des populations précolombiennes de l’Ile. Un parc pédagogique, pour enseigner, au milieu de la nature, le respect de l’environnement. Un parc pour changer, par l’exemple, certains comportements environnementaux.

A cette époque, ce projet ne reçut guère de soutient: une utopie d’un doux rêveur sans doute un peu fou... 140 hectares de rêves sont aujourd’hui réalité.

Des années de patience

La création du parc a été une opération de longue haleine. Le projet mûrit plusieurs années avant d'être formalisé dans un document, en 1990. Il fallut encore attendre jusqu’en 2002 pour poser la première pierre. On commença ensuite par une petite route, puis une plage, des kiosques, des tables….….

En Haïti, sauver quelques hectares de la déforestation demande un réel engagement. Pour protéger les arbres de la convoitise des charbonniers, le créateur du parc déménagea en 2008 sous une tente, en plein milieu de la nature, avec un vieux fusil pour seul compagnon. Une petite maison fut construite deux ans plus tard.

Le résultat est visible du haut d’une colline surplombant le lac : sauriez-vous  repérer la limite du parc?

Un projet de tourisme, mais responsable

Haïti regorge d'endroits idylliques. Mais bien souvent, ces emplacements sont exploités pour un tourisme de luxe avec des montages financiers destinés à faire fructifier des capitaux étrangers. Le parc a besoin de revenus touristiques pour survivre, mais pas à n’importe quel prix.

Le parc recherche donc des solutions de tourisme responsable, c’est à dire un tourisme ayant pour objectif le développement économique et l’épanouissement des populations locales. Deux exemples

  • Lutter contre un ennemi redoutable: la chèvre.
    Les chèvres sont malheureusement aussi des animaux voraces qui peuvent ne rien laisser sur leur passage. Très friandes de feuilles, de rameaux et de jeunes pousses, elles peuvent provoquer des dégâts irréversibles à une végétation qui n’a plus le temps de se régénérer.
    Concilier le besoin des familles qui vivent de ces troupeaux mais ne disposent pas de terres pour les nourrir et la nécessité de replanter est une équation difficile, dans des zones rurales où l’habitude séculaire consiste à laisser les animaux gambader sans surveillance.La solution dépasse largement les enjeux du parc : il ne s’agit pas seulement d'étendre un jardin botanique, de protéger quelques pousses, mais bien de créer un modèle pouvant induire des changements de comportement au niveau de la région.
  • Les constructions en terre
    Le pisé, les Briques en terre Compressée (BTC) permettent de construire maisons écologiques, conformables et économiques. Ces techniques ne sont pas développées en Haïti. Le but ne consiste pas seulement de construire des bâtiments pour le besoins parc, mais bien de profiter de l’occasion de réaliser un outil de formation afin de les habitants de la région puissent tirer un profit direct

Une pépinière pour planter des idées

Faire évoluer la mentalité, changer certains comportements, cela concerne tant ceux qui se construisent des grandes villas que les paysans sans terres. Il faut aussi des entrepreneurs pour véhiculer ces nouvelles idées et prouver qu’elles sont économiquement viables. En route pour une nouvelle utopie ? Non, l'idée de cette pépinière n'est qu'une étape d'un même rêve ambitieux

Connexion des abonnés

une image ... au hasard

Les chevaux du parc
Les chevaux du parc

calendrier des activités

Janvier 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31